Découvrir l’univers des DRAMAS CORÉENS avec NETFLIX (Partie 2)

 

Si tu aimes le fantastique un peu tiré par les cheveux avec du bidonnage à chaque épisode ou presque.

 

7. ROOFTOP PRINCE

12824a_713d1f0f28334495bda57d381e536646_mv2

Quand un prince en mal d’amour atterrit à notre époque avec ses 3 chevaliers servants.


Lorsque le prince Lee Gak découvre le corps sans vie de sa fiancée, il s’effondre. Fou de tristesse, il décide de pourchasser le meurtrier. Pour ce faire, il s’entoure de trois compagnons un peu particuliers.
Alors qu’ils mènent leur enquête, les quatre hommes se retrouvent propulsés en 2012, chez Park Ha, une jeune Séoulienne qui va leur apprendre à s’adapter à la jungle urbaine moderne.

CE QUE J’AI AIMÉ :

Dans la même veine que le très frenchy « LES VISITEURS », ce drama est une comédie presque anthologique chez les mateurs du genre. C’est bourré de comique. Voir nos 4 zigotos en plein Séoul prendre peur à la vue d’une voiture ou encore notre pauvre prince exiger obéissance, vêtu encore de son habit traditionnel, c’est à mourir de rire. Ses 3 serviteurs ne sont pas en reste. Loin de là. Et les survêtements de couleur leur siéent à merveille.
C’est frais, c’est marrant, il y a de la romance, bref, c’est bon, quoi !


8. MY ONLY LOVE SONG

12824a_19e1f94e4e724a02acfc57d94dbf07b4_mv2

Ne jamais suivre le GPS d’un vieux van. Il pourrait vous déposer au Moyen-âge.


Soo Jung est une superstar au terrible caractère. Imbue de sa personne, elle pense que tout lui est dû. Le jour où sa rivale obtient son rôle dans un drama d’époque, elle entre dans une colère noire. 
Elle quitte le lieu de tournage dans le seul fourgon disponible, un vieux taco surnommé Bung Bung.
Le GPS se met en route et Soo Jung est transporté quelques centaines d’années dans le passé. Traitée comme une sorcière, elle est capturée. 
En prison, elle fait la connaissance de On Dal, un jeune homme au grand coeur mais qui ferait n’importe quoi pour un peu de monnaie trébuchante.

CE QUE J’AI AIMÉ :
J’ai commencé à regarder cette série d’un oeil morne sans trop y croire. Et Ô surprise, j’ai été complètement conquise. C’est du grand n’importe quoi en boîte. On utilise le passé mais c’est pour mieux faire place aux anachronismes. C’est tiré par les cheveux mais on s’en fiche. C’est dynamique, c’est bidonnant, c’est joyeux. Bref, tous les ingrédients du WTF ont été mixés avec quelques gouttes de romance pour notre plus grand bonheur. J’ai adoré. 


9. MY GIRLFRIEND IS A GUMIHO

12824a_528e8c3241bd433e86686ec5809496ee_mv2

Ne réveillez pas un renard à 9 queues car il n’existe pas que dans les légendes.


Cha Dae Woong vit aux crochets de son grand-père. Un jour, il provoque la colère de son aïeul qui le somme de s’enrôler dans l’armée.
Dae Woong s’enfuit et trouve refuge dans un temple où il libère accidentellement un gumiho (renard à neuf queues capable de prendre apparence humaine).
Pris de panique, le jeune homme se précipite à l’extérieur et fait une vilaine chute. Le gumiho, qui est maintenant une ravissante femme, décide de payer sa liberté et soigne Dae Woong en retour. Cependant, son geste n’est pas désintéressé. Elle demande à son bienfaiteur de lui apprendre à devenir humaine.

CE QUE J’AI AIMÉ :
Attention, c’est un vieux drama. Les images risquent de vous sembler peu professionnelles. Ne vous arrêtez pas à ce détail car c’est une série qui a fait mouche lors de sa diffusion en 2010.
Je l’ai donc visionné il y a fort lointain mais je m’en souviens encore, preuve qu’il ne passe pas inaperçu. Et comme beaucoup de dramas de cette époque, nous retrouvons certains personnages surjoués mais également un plan bien connu et répétitif : le quatuor amoureux avec les deux « rejetés » qui s’entêtent à mettre des bâtons dans les roues aux vrais tourtereaux. L’histoire est mignonne. Peut-être pas extrêmement développée. Elle tient grâce aux acteurs principaux qui sont, eux, excellents. En somme, c’est sympathique et si c’est un drama oublié aujourd’hui, il a su emporter une belle audience dans son sillon lors de sa sortie.


10. MON AMOUR VENU DES ÉTOILES (My Love From The Stars)

12824a_333d2208a6834e53969bca8d87d1e9cc_mv2

Une actrice bruyante emménage à côté d’un extraterrestre asocial. Il y a de quoi vouloir regagner sa planète !


Doh Min Joon est bloqué sur Terre depuis 400 ans. Les astres sont sur le point d’ouvrir une brèche propice à son retour sur sa planète d’origine. Enfin !
Professeur à l’université, il est forcé de compter avec un personnage surprenant sur ses bancs : L’actrice excentrique, Cheon Song Yi.
Un peu plus tard, il recroise la désagréable jeune femme devant l’ascenseur de son immeuble. Song Yi vient de s’installer dans l’appartement à côté du sien…

CE QUE J’AI AIMÉ :

Le personnage de Cheon Song Yi est excellent ! Jeon Ji Hyeon est une de mes actrices favorites. En plus d’être magnifique, elle joue la comédie avec un naturel déconcertant. Impossible de ne pas rigoler devant ses facéties.
Elle en fait des caisses mais c’est tellement bien fait que vous tomberez forcément sous le charme. Cette histoire de Superman ronchon qui tombe amoureux de l’actrice à la mode mais un peu écervelée est très divertissante. C’est devenu un classique chez les adeptes de drama. (Encore un)


11. A KOREAN ODYSSEY

12824a_51c0252b56614e72bbb49370a73d68b8_mv2

A JOURNEY TO THE WEST (la légende du roi singe) revisité de façon originale et moderne.


Depuis qu’elle est enfant, Ji Seon Mi a la capacité de voir les morts. Un jour, elle est approchée par un étrange personnage qui lui demande de pénétrer dans une cabane mystérieuse et de lui rapporter un précieux éventail.
La petite fille s’exécute. Ce qu’elle ignore c’est que le démon singe, Son Oh Gong, est prisonnier de cette cabane. Naïve, elle se fait arnaquer par ce mauvais génie qui lui efface la mémoire.
Quelques années plus tard, Seon Mi tient une petite agence immobilière. Elle rachète à bas prix les maisons hantées par des esprits qu’elle exorcise.
Son Oh Gong vit lui aussi à Séoul. Il tente par tous les moyens de réintégrer les cieux. Agacé du refus des autres dieux, il décide de trouver Sam Jang, un humain doté d’une grande puissance, et de le manger afin d’absorber ses pouvoirs. Quel étonnement de découvrir que Sam Jang n’est autre que Jin Seon Mi…

CE QUE J’AI AIMÉ :

Attention, je dois vous mettre en garde sur la particularité de ce drama. Il faut savoir que c’est une adaptation très libre de l’oeuvre La pérégrination vers l’ouest qui raconte la légende du Roi Singe. Et comme pour chaque adaptation télévisée, les effets spéciaux sont extrêmement kitsch comme si vous étiez face à une série Z des années 80. Rien à voir avec un manque de moyens ou de l’amateurisme. C’est comme ça, comme une espèce de tradition filmographique.
L’histoire reste sympathique même si très éloignée de la légende. Parfois elle semble bancale et à d’autres instants, le scénario est redondant. MAIS, ce que c’est drôle ! Le Roi Taureau joué par Cha Seung Won est impayable ! J’ai eu des crises de bide à cause de lui. Toute la clique de personnages apporte un plus à la série. Ils sont tous détraqués ! Il n’y en a pas un qui soit normal, c’est génial !
L’histoire d’amour m’a gonflé. Je dois vous l’avouer. Quand je parlais de redondance, là, on est en plein dedans. À part ça, ce drama vaut le détour.


… et même avec des morts.

 

12. BLACK

12824a_6cfb34892dc6497f8b0fc24e8a6bcc5e_mv2

La Grande Faucheuse, coincée dans le corps d’un inspecteur, descend parmi les vivants. Tremblez donc, pauvres pécheurs !


Kang Ha Ram se croit maudite. Elle peut voir l’ombre de la mort suivre les gens sur le point de trépasser. 
Black est le must du must chez les grandes faucheuses. Il est contraint de se mêler aux humains pour régler quelques problèmes causés par ses subordonnés. Il se sert du corps de l’inspecteur Han Moo Gang pour prendre apparence humaine. 
Pour certaines raisons, il va devoir faire équipe avec Ha Ram et se plier à son bon vouloir. Notre duo va ainsi se mêler du droit de vie ou de mort des gens qu’ils croisent et ce, en allant à l’encontre des règles du paradis.

CE QUE J’AI AIMÉ :

L’univers du drama est bien pensé. Song Seung Heon joue à merveille les deux personnages qui lui sont attribués, à savoir l’inspecteur et Black. Ce sont deux facettes aux antipodes l’une de l’autre qu’il affiche avec brio. Le personnage de Kang Ha Ram est plus effacé et moins intéressant même si la trame de fond tourne autour d’elle.
En plongeant dans le monde des morts, on en apprend plus sur les strates de l’au-delà dans les croyances Coréennes. Vous ne verrez plus, ni les parcs d’attraction, ni les toilettes, de la même façon.
La partie où Black débarque sur Terre est à mourir de rire. Il use de son autorité de Super Faucheuse sur les humains qu’il prend pour de vulgaires cafards et c’est hilarant !
Après cela, on perd doucement en comique pour entrer dans une histoire un peu plus dramatique. On sentira bien quelques longueurs mais ça ne durera pas. BLACK est un bon drama fantastique à regarder sans modération.


Si tu préfères l’adrénaline, l’action, les bastons, les chasses à l’homme et les vilains garçons.
 

13. GAPDONG

12824a_1b26a74aa97946d686e2f6620b83d46b_mv2

Un serial killer insaisissable joue avec nos nerfs et avec ceux de l’inspecteur qui le traque.


En 1996, alors que Ha Mu Yeom n’est encore qu’un enfant, il assiste au suicide de son père handicapé accusé d’être le serial killer que tout le monde surnomme Gap Dong.
Bien des années plus tard, Mu Yeom est devenu inspecteur de police. Il est obsédé par Gap Dong et par la mort injuste de son père. Son souhait le plus cher est de laver la mémoire de ce dernier.
Soudainement, les meurtres reprennent. Ils ressemblent étrangement à ceux commis en 1996. Mu Yeom en est certain : Gap Dong est de retour.
Son enquête le mènera tout droit dans un asile où exerce le Dr Oh Maria, l’unique rescapée des victimes du psychopathe…

CE QUE J’AI AIMÉ :

J’ai a-do-ré ! C’est simple, j’étais scotchée devant mon écran. Plus tard, je suis même partie à la recherche de l’OST tant je me sentais envoûtée par les premières notes des morceaux qui ponctuent chaque épisode. Mystère, tension, suspense, déception, rebondissement, stress, frustration, il y a tout ça dans ce drama. Trois personnes détruites psychologiquement par un seul homme dont on n’a plus entendu parler depuis 17 ans doivent affronter leurs démons lorsque le fantôme du tueur semble revenir à la vie. J’ai été bluffée par Lee Joon qui joue le rôle de Gap Dong. Jeune, beau, bien propret sur lui, il dévoile une face sombre et dégoûtante que je n’attendais pas. 
Du bon thriller et ça fait du bien par où ça passe !


14. BAD GUYS

12824a_b596400eb61b4af8ac641ed56dcb47fe_mv2

Une équipe de délinquants pour lutter contre le crime et la violence.


Oh Goo Tak est un inspecteur à la retraite, célèbre pour son comportement violent et ses réactions excessives. Lorsque le chef de la police lui propose de reprendre secrètement du service, il accepte. 
Afin d’éradiquer le crime, il choisit de combattre le mal par le mal. Il recrute 3 détenus pour son équipe de choc. Là où la loi trouve ses limites, Oh Goo Tak usera de ses « chiens fous » pour faire tomber la tête des méchants.

CE QUE J’AI AIMÉ :
En voilà un scénar alléchant, non ?! Un gangster, un tueur à gage et un génie psychopathe rassemblés sous les ordres d’un inspecteur déchu afin d’élucider des enquêtes qui piétinent. Rien que le pitch donne envie. Le casting a tout pour plaire. On nous sert un polard qui tient debout avec de la baston à gogo et des personnages à faille avec, bien entendu, un vécu un peu sinistre pour chacun.
C’est rythmé, bien pensé, on s’attache à nos bad guys. On se rend vite compte qu’il n’y a pas des méchants et des gentils. Non, il y a précisément tout ça à la fois car l’être humain est fait d’ombre et de lumière.
J’ai beaucoup aimé ce drama et dailleurs, en ce moment, je visionne la saison 2 qui est très différente de celle-ci (elle est également sur Netflix).


15. LAST

12824a_4025992cfd4f46318f437dc4b4b7daf3_mv2

Pour arriver au sommet, il faut jouer des poings pour anéantir chaque Boss. Le dernier sera le premier. 


Jang Tae Ho était un gestionnaire de fonds intrépide et ambitieux. Mais après une énorme transaction qui a mal tourné, il perd tout. Poursuivi par les usuriers, il erre dans les rues. Il rejoint la gare de Séoul où crèchent pas mal de sans-abris. Très vite, il comprend qu’il y a une hiérarchie bien organisée qui cache un réel business. 
Tae Ho décide alors de grimper les échelons de cette hiérarchie jusqu’au grand boss, Gwak Heung Sam, qui vit confortablement dans un luxueux penthouse.

CE QUE J’AI AIMÉ :
Je crois que ce choix de drama n’est pas objectif. Il est ignoré. je ne comprends pas pourquoi. Est-ce que les adorateurs de dramas n’aiment que les histoires à l’eau de rose ? Je me suis posée la question. Si le début de la série semble brouillon, (On ne comprend pas trop où le scénariste veut en venir… C’est précipité et manque un peu d’accroche) j’ai trouvé la suite passionnante avec un Lee Bom Soo classe et effrayant dans son rôle de patron-mafieux-à-qui-on-ne-la-fait-pas. 
Pour grimper les échelons, il faut castagner chaque ponte qui porte un numéro selon son importance dans la chaîne. Ça fait un peu jeu vidéo, dit comme ça, mais au moins ça vous décrit ce que vous pouvez en attendre : de l’action et de la tape. Si vous n’aimez pas ce genre un peu mafieux, passez votre chemin. Moi, j’ai bien apprécié. Il m’a tenue en éveil.


16. IRIS

12824a_98e63837779643d79c6f44c4a9bc68e7_mv2

Un agent secret, trahi par les siens, devient la cible de la mère patrie.

Pendant leur service militaire, Kim Hyun Jun et son meilleur ami Jin Sa Woo sont enlevés par la NSS, une organisation gouvernementale très secrète. Recrutés par ces derniers, ils entament une formation d’agent secret sous la direction de Choi Seung Hee dont ils tombent tous les deux amoureux. 
Tout bascule lorsque Hyun Jun se voit attribuer une mission solo à Budapest. Il se fait tirer dessus. Gravement blessé, il demande de l’aide à Baek San, le directeur adjoint de l’agence. Son supérieur luis refuse toute assistance. Abandonné, il échappe de peu à l’homme qui le pourchasse l’arme au poing. Cet homme, c’est Sa Woo, son ami…

CE QUE J’AI AIMÉ :
ANTHOLOGIQUE ! Si vous êtes dramatophile, vous l’avez forcément vu. Si ce n’est pas le cas, sachez qu’il date de 2009. Vous pensez bien que la qualité des images s’éloigne de celles d’aujourd’hui. Cependant, cette série reste excellente et devrait ravir les amateurs des films d’action et d’espionnage. Je me souviens qu’à l’époque, j’avais pris une claque en la regardant.
L’histoire d’amour entre les deux protagonistes réconciliera ceux et celles qui préfèrent les comédies d’amour dramatiques.
Production à grand budget, mise en valeur par le grand Lee Byung Hun mondialement connu et reconnu (Red 2, G.I. Joe, Terminator Genisys, Les 7 Mercenaires), il est impératif de le voir avant de se lancer dans d’autres dramas du même genre.
NB : Un film IRIS est sorti peu après. Il s’agit des séquences du drama qui ont été condensées en un format plus court. Tout simplement.


 Au contraire, si tu fonds pour ceux qui font régner l’ordre et la justice, ceux qui défendent la veuve et l’orphelin… Les gentils, quoi ! Mais avec des failles, un caractère bien trempé et avec une histoire personnelle un peu compliquée parce que sinon c’est chiant.


17. LIVE

12824a_f36a9452046a4298baee27d9a322acb2_mv2

Le dur quotidien des nouvelles recrues de la police Coréenne.


Han Jeong Oh et Yeom Sang Su font partie de cette nouvelle jeunesse qui galère à trouver du boulot même après des années d’études. À bout de souffle, ils décident tous deux de passer l’examen national de la police.
Reçus avec plus ou moins de succès, ils intègrent le centre de formation où ils entament un entraînement militaire sous la supervision de l’instructeur Oh Yang Chon qui n’est pas là pour plaisanter.
Leur stage terminé, Jeong Oh et Sang Su sont transférés dans le même commissariat. Si la théorie était difficile, la pratique le sera encore plus. Le sens du devoir, ils devront aller le chercher au plus profond d’eux-même et s’y accrocher désespérément…

CE QUE J’AI AIMÉ :

C’est pour moi UN GROS COUP DE COEUR. Ce drama est d’une simplicité désarmante et pourtant il est fort dans ses messages et dans ces images. On suit l’évolution d’un groupe de jeunes recrues de la police qui se confrontent à un monde qu’ils n’imaginaient pas. C’est bien beau de clamer son envie d’aider la population ou de vouloir rendre le monde meilleur. Sauf que personne n’est prêt à se prendre la bassesse humaine de plein fouet dans la tronche. Des femmes violées ou battues, des alcooliques et des bagarres, des enfants maltraités, l’ingratitude des civils, malmener des innocents lors de manifestations, et même des meurtres… On croit posséder assez de cran pour survivre psychologiquement à tout cela. Mais en réalité, il n’en est rien. 
Je pense que c’est le drama le plus accessible à ceux qui n’ont pas l’habitude des standards Asiatiques. C’est très réaliste. On ressent de la compassion pour ce corps de métier que l’on dédaigne parfois. Humainement parlant, c’est très bien développé. Ça fonctionne à merveille. Génial.


18. SANS ISSUE (You’re All Surrounded)

12824a_581fbc2e09e745df84b5cd13dd4cfb0b_mv2

Une comédie policière sans prise de tête. Haut les mains, vous êtes cernés !


Seo Pan Suk, est un vétéran du commissariat de Gangnam. Il est connu pour son tempérament abusivement colérique. On le force à encadrer une équipe de 4 jeunes inspecteurs bordéliques et je-m’en-foutistes. Il ne rêve que d’une chose : les dégager au plus vite.
Mauvaise foi, rivalités, heurts, coups bas et choc des générations, voilà de quoi réveiller le commissariat des beaux quartiers de Séoul.

CE QUE J’AI AIMÉ :
Ne cherchez pas une série polard avec de sombres personnages, il n’y en aura pas. SANS ISSUE c’est de la comédie pure et dure. C’est vivant, c’est marrant, tout en proposant les schémas classiques de la série policière; autrement dit le scénario tourne autour des enquêtes et des personnages qui cachent tous une histoire particulière. Il y a de l’action en masse. C’est pas trop mal fait. Le duo Lee Seung Gi et Cha Seung Won que l’on retrouve dans A KOREAN ODYSSEY fonctionne toujours autant. C’est frivole, pas très profond mais agréable. Il y a des soirs où l’on n’a pas envie de faire fumer son cerveau. Hé bien, ces soirs-là, optez donc pour cette pétillante comédie. Vous devriez vous détendre.


19. HEALER

12824a_bdd0baf6fb304350983ac899247a8261_mv2

Un ombre traverse les toits de la ville. C’est Healer, l’homme sans nom.


Un journaliste de renom, une jeune reporter pour un un site de presse people et un coursier mystérieux dont le nom de code est Healer se retrouvent impliqués dans une affaire datant d’une vingtaine d’années. 
Kim Moon Ho, journaliste à la une, est obsédé par un incident survenu en 1992. Il engage Healer, un homme à tout faire qui accepte toutes les missions correctement rétribuées, et Chae Yeong Sin, petite journaliste qui court après les scoops croustillants, afin de les mettre sur la piste de cette intrigue. Ils découvrent petit à petit qu’ils ne sont pas étrangers à cette histoire…

CE QUE J’AI AIMÉ :

TOP ! C’est un des dramas qu’il faut absolument voir. Un de ceux qui ont fait un buzz bien mérité. Healer ressemble à un mauvais garçon qui accepte tout et n’importe quoi comme mission mais en réalité, il possède une éthique et cache de doux rêves comme le plus gentil des gars. C’est une espèce de machine de guerre digne d’un 007 qui aurait appris des techniques ninja ancestrales.
Avec Ajumma (une hackeuse qui a quitté la cyberpolice), ils forment un duo de choc et insaisissable.
Chae Yeong Sin, la journaliste web, apporte de la fraîcheur vitaminée à ce drama et Kim Moon Ho, le grand journaliste classe et un peu taciturne, guide tout ce petit monde au travers du scénario. Je crois que toutes les filles se sont pâmées devant un Healer tantôt bagarreur, tantôt désinvolte, tantôt nonchalant.
Quoiqu’il arrive, HEALER doit figurer sur votre liste. C’est un incontournable.


20. DOCTOR STRANGER

12824a_a8d3b746a16247a49d6ce6dd218ca83c_mv2

Capturé par le Nord, un génie de la médecine tente de refaire sa place au Sud, là où il est né.


Enfant, Park Hoon accompagne son père, génie de la médecine cardiothoracique, en Corée du Nord. Ils sont fait prisonniers et le retour au Sud leur ai interdit.
Quelques années plus tard, Park Hoon qui a tout appris de son père, tente de fuir avec sa petite amie vers le Sud. Pourchassés par les services gouvernementaux, il perd la jeune femme.
À Séoul, il est recruté par l’un des meilleurs hôpitaux universitaires où il est considéré comme un étranger par ses collègues. Peu importe. Il n’a qu’une idée en tête : Trouver un moyen de faire passer la frontière à celle qu’il aime…

CE QUE J’AI AIMÉ :

Les erreurs de scénario sont multiples, c’est vrai. C’est bourré de clichés, pas réaliste pour un sou mais qu’est-ce qu’on s’en fiche ! C’est fait de telle sorte que l’on s’attache à Park Hoon. Excentrique, sans-gêne, provocateur, blagueur, il cache un lourd passif. Joyeux et lumineux devant les autres, il montre une face plus dépressive, plus lugubre dès qu’il est seul. Au fil des épisodes, on nous embarque dans des salles d’opération, puis dans des courses-poursuites, ensuite ça tire de partout, bref, ça déménage. On ne s’ennuie pas et c’est bien pour cette raison que je vous le conseille. 


• À VENIR ET À NE SURTOUT PAS LOUPER.

KINGDOM

12824a_9e47846d53264f699de7728d5430b83b_mv2

Notez la date du 25 JANVIER 2019, (surtout) si vous affectionnez le genre Zombie Land ! Parce que du mort-vivant, il va y en avoir dans Kingdom !

Un prince de l’ère de Joseon est envoyé en mission pour comprendre l’étrange épidémie qui s’abat sur le royaume.

Même moi qui ne suis pas trop attirée par l’horrifique, j’attends avec hâte les premières minutes de ce drama qui m’a l’air finement travaillé. 
Le casting est appétissant, le scénario est alléchant et il faut le dire, transposer une histoire de zombie à une époque où les croyances et la science étaient bien différentes des nôtres, c’est excitant.

J’espère que cette longue liste vous apportera quelques réponses et vous aidera à choisir plus facilement dans tout ce qui est proposé par Netflix.

Je le redis une fois de plus: d’autres dramas auraient leur place légitime dans cette liste mais si je ne me restreins pas, vous ne partirez jamais d’ici. 

N’hésitez pas à me laisser des commentaires que l’on discute de vos choix, de vos coups de coeur ou même des dramas que vous avez détesté. 

Je vous bise, les petites nouilles.

À plus tard !

Publié par Lisa

Bonjour, petit(e) promeneur(se) du net ! Sois le(a) bienvenu(e) ! Depuis que j'ai rejoint la team des gens qui aiment parler lifestyle, je bafouille et je cafte sur mon quotidien. Mais il faut que je vous prévienne... Ce quotidien est teinté par le regard passionné que je porte sur la Corée et le Japon. J'espère vous faire passer un moment sympathique à chaque lecture. Il m'arrive même d'être un peu rigolote... parfois... À très bientôt !

Un avis sur “Découvrir l’univers des DRAMAS CORÉENS avec NETFLIX (Partie 2)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :