Pourquoi je suis (plutôt) fâchée avec le henné…

Au départ, un coup de tête

Je ne pourrais même plus vous dire comment j’en suis venue à opter pour une coloration au henné…

Ah si, je me souviens que je voulais un beau cuivré, pas trop prononcé. Juste une couleur chaude, plutôt claire, intense mais pas criarde.
La teinture mango de chez l’Oréal me tentait énormément mais le ton était peut-être un peu trop orangé à mon goût. Dans le genre « très visible », on se classe dans les hauteurs, tout de même !
De plus, mes cheveux ont tendance a absorber les tons cuivrés bien plus que les tons cendrés. Je me voyais déjà avec une perruque fluo. Prudence, petite cocci, prudence.

Pour pallier à toute surprise désagréable, j’ai cherché à savoir comment cette teinture prenait sur la tête des youtubeuses. Pas trop mal, ma foi ! Quelques ratés comme à chaque fois, mais de façon générale, le résultat me séduisait.

Sauf que, youtube vous suggère toujours d’autres vidéos. Vous le savez.
Et dans ces suggestions, des nanas se sont mises à me parler du henné et de ses bienfaits. Epaisseur de cheveux, soin, gainage, brillance, force et couleur, tout cela très naturellement puisque le henné est végétal et non chimique.

Pensez-vous que j’y ai réfléchi plus longuement ? Bein, non ! Tête brûlée que je suis (c’est le cas de le dire) ! En deux clics, je me suis retrouvée sur Aroma-Zone.

Aroma-Zone

Le choix a été très rapide. Du henné cuivré. Les avis sont bons. C’est du bio. L’application n’est pas compliquée. La charlotte est fournie.

Cette coloration-soin 100% BIO et végétale colore de tons cuivrés chatoyants et lumineux les cheveux blonds à châtain foncés , elle pare les cheveux bruns de doux reflets acajou, et colore et nuance les cheveux blancs en une seule application!

Génial !

Sans me renseigner plus, je l’achetais. Quelle aubaine. Le prix n’était pas cher (6,90€) et on me promettait qu’une seule boîte suffirait à ma longueur.

J'aurais dû obtenir le résultat 2

À ce moment-là, j’étais châtain après colo chimique. De base je suis châtain clair doré. J’avais voulu unifier mes cheveux avec un ton plus foncé.

Je m’adresse à toutes les habituées du henné :
« Vous sentez la bêtise arriver ?! Oui, hein ! Je n’en doute pas. »

Pas moi !

Tout innocemment et ne me doutant de rien, j’ai attendu ma commande et à peine reçue, je me suis empressée de touiller ma mixture de chamane naturophile et de me l’appliquer sur la tête.

Texture étrange. Plâtreuse. Comme de la boue, en fait. Mais c’est l’odeur qui m’a le plus surprise. C’est très fort. À mi-chemin entre des épinards écrasés et un bon vieux cendrier de tabac froid. Ceci étant dit, on s’y fait très vite.

Henné : Application

Si avec la coloration chimique, tout est fourni dans la boîte, avec la version naturelle, il vous faudra un bol, des gants, du film alimentaire et des ustensiles non métalliques pour le mélange et l’application (si vous ne souhaitez pas utiliser vos mains).

Rien de bien difficile. La méthode diffère mais reste simple. Du moins sur le papier !
Car la pâte sèche, durcit et s’effiloche. Ajoutez-y d’autres ingrédients tels que du yaourt brassé et/ou du miel afin de la rendre lisse et malléable. Ce traitement apportera de la douceur à vos cheveux mais patience, je vais y revenir.
Il est conseillé d’appliquer de la crème sur votre front, tempes et oreilles pour éviter de vous retrouver avec de beaux tatouages oranges. La crème empêchera la fixation du henné sur votre peau.
Exécutez le mode d’emploi.

Enveloppez votre casque vert dans du cellophane et attendez… longteeeeemps ! Si vous souhaitez un résultat plus accentué, laissez poser 3 bonnes heures, voire plus encore (à condition d’avoir bloqué toute votre journée rien que pour ça).
Suite au temps de pose, il ne vous reste plus qu’à rincer à l’eau tiède… longteeeeeeemps ! L’eau doit redevenir claire mais toute cette bouillasse est tenace. Armez-vous de patience.

Déception et acharnement

Après avoir frotté délicatement mon cuir chevelu avec une serviette, je m’admire dans le miroir et, Ô indignation, je ne vois rien. Mes cheveux semblent bien plus sombres et le cuivré est absent. À la place, je remarque des reflets auburn.
CE N’EST PAS DU TOUT CE QUE JE VOULAIS !

Déçue, je réitère l’expérience une semaine plus tard. Sur la boîte, la couleur promise est totalement différente. Manque de bol, je ne suis pas fan du li de vin, terne qui plus est.
Au second passage, je devrais voir une différence, non ?
Je laisse poser toute une après-midi. Je retire à nouveau la serviette… Le résultat n’a pas bougé.

Aujourd’hui, lorsque je regarde les photos, je me dis que ce n’était pas si moche que ça mais sur le moment, le désarrois m’a poussé à détester mes cheveux que je trouvais maussades mais également très rêches.
Cependant, ma fibre capillaire élastique (à cause des multiples expériences chimiques) était devenue plus solide, plus forte. Je perdais bien moins mes cheveux. Ils étaient volumineux. Mais en parallèle, cette masse paraissait desséchée et emmêlée, quoi que je fasse.

Mes recherches sur le henné et surtout, celles pour découvrir comment s’en débarrasser ont débuté à ce moment-là.
Prise d’angoisse, j’apprenais que le henné s’accrochait à la fibre en la gainant et que par conséquent, elle faisait office de rempart à toute les autres colorations chimiques.

Le henné, c’est à vie !

Du moins, sur la longueur de cheveux où il a été déposé. La seule solution est de couper cette longueur. Ainsi, vous l’aurez compris, il ne vous est donné que deux options :
1) Vous vous rasez la tête
2) Vous pleurez durant 6 bons mois en attendant de pouvoir vous débarrasser des cheveux « altérés ».

Puis, mes chères amies les youtubeuses me confièrent qu’il n’y a rien de mieux que le lait de coco pour effacer le henné. Couplé à de l’argile verte, ce serait plutôt efficace. Sans omettre le miel pour gommer l’aspect rêche.

À nouveau, je me suis exécutée plusieurs fois. Il vaut mieux faire plusieurs masques pour que le résultat soit probant. Me revoici la tête plastifiée pendant de longues heures, calfeutrée à la maison.

De mal en pis…

Le positif : On ne peut nier une certaine prouesse.
La couleur s’est effacée. Elle se veut bien plus cuivrée.
Le négatif : Le tout n’est pas uniforme. C’est un camaïeu de châtain doré bordelais… bref, c’est n’importe quoi. Et pour couronner le tout. Non seulement la texture est redevenue filasse mais les endroits desséchés ont conservé un aspect tout pourri. Mon cuir chevelu paraît plus gras.

Je repasse au chimique. La grosse boulette !

La larme à l’oeil, je décide l’innommable ! Je repasse au chimique ! J’en ai marre ! Au moins, lorsque ça ne me plaît pas, je peux rectifier le tir.
Sur internet, on me certifie que si le henné ne contient pas de sels métalliques (petits malins d’industriels qui mettent des cochonneries à l’intérieur), la coloration chimique est possible à condition d’en choisir une sans ammoniaque (on ne sait jamais).
Aroma-Zone me confirme que son henné est bio et garanti sans sels métalliques. Ooooh le soulagement !

« Ammoniaque ou pas, je n’ai pas le temps ! » Tête (et cheveux) brûlée, vous dis-je ! « Allons-y pour celle-ci ! »

CATASTROPHE. PATATRAS.

Lors de l’application, je sens mes mèches se raidir et se durcir. Ouh la, mauvais délire.
Finalement, la coloration ne se passe pas trop mal dans l’ensemble. J’ai toujours mes cheveux sur la tête. La couleur ? Elle ne se voit pas. Elle n’a pas pris. Je sens mes larmes revenir.

ON ARRÊTE ? BIEN SÛR QUE NON !

Lissons cette tignasse sans goût ni saveur au fer à lisser. HA HA HA. QUELLE CRUCHE !
Les mèches les plus sèches se sont mises à fumer et à changer de couleur. Elles se transformaient en paille à vue d’oeil.
Je crois que je n’ai jamais autant paniqué pour ma crinière…
Rinçage au vinaigre de cidre, bain d’huiles (olive et ricin), masque aux oeufs, tout y passe ! Je sauve mes cheveux in-extremis. J’ai eu chaud aux fesses et à la tête !

Ma perruque torturée et agressée est si moche maintenant. Je ressens de la fatigue rien qu’en la regardant. Je me demande s’il ne serait pas judicieux d’utiliser l’option 1 : me raser la tête !

Henné, ce qu’il faut ABSOLUMENT prendre en compte avant de se lancer

Si votre but est de passer au naturel sans retour en arrière, allez-y. Mais sachez que selon votre couleur naturelle, la coloration escomptée ne sera peut-être pas celle que vous obtiendrez. Dans beaucoup de cas, vous n’aurez que des reflets et point primordial, vous n’obtiendrez jamais, au grand jamais, une teinte plus claire que la vôtre. Oui, même avec du henné blond.

Si au contraire, vous aimez faire exploser un festival de couleurs différentes et variées sur votre crâne, oubliez le henné. Un fois que votre cheveu en est imbibé, il faut le couper ou attendre que la partie vierge repousse. Et ce, même si vous utilisez un henné neutre sans coloration.

J’ai fait un test sur eSalon. Leur réponse est sans appel.

Faites bien attention à la composition. PAS DE SELS MÉTALLIQUES. Jamais !

Auquel cas, vous devrez faire une croix sur les traitements chimiques de toutes sortes, y compris certains lissages (notamment le Japonais et le Coréen).

Le henné peut assécher vos cheveux. Pour éviter ce désagrément, il existe une multitude de recettes sur le net. À part le yaourt, le miel et le jaune d’oeuf, je n’ai rien testé. Je sais qu’on peut additionner des huiles vierges ou essentielles mais il faudra garder la main légère. Ces dernières pourraient contrecarrer les effets de la coloration.

Je vous conseille VRAIMENT de regarder 3 tonnes de tutos avant de vous décider et de choisir les solutions qui semblent convenir à votre type de cheveux.

Prenez un abonnement sur des sites dits « naturels » parce que vos soins futurs et l’entretien de votre chevelure se fera dans la continuité à grand renfort de poudres ayurvédiques et de mixtures de sorcière des bois (c’est mignon les sorcières des bois).

Et maintenant ?

Maintenant ? Hé bien, je suis complètement perdue. J’ai la sensation d’avoir sombré dans un piège invisible. Puisque les colos chimiques ne fonctionnent plus… non, pire, elles déchiquettent mes cheveux… Puisque patienter, jusqu’à posséder une vingtaine de centimètres de longueurs « pures », me semble insurmontable… Puisque adopter une coupe ultra courte est à exclure… Il ne me reste qu’une seule et unique solution, non ?! Replonger dans le monde (pas si) fabuleux du henné…

J’attends vos avis, mes p’tits Ramyeon ! J’ai grand besoin d’être convaincue.

À très vite et… JOYEUX NOËL

Publié par Lisa

Bonjour, petit(e) promeneur(se) du net ! Sois le(a) bienvenu(e) ! Depuis que j'ai rejoint la team des gens qui aiment parler lifestyle, je bafouille et je cafte sur mon quotidien. Mais il faut que je vous prévienne... Ce quotidien est teinté par le regard passionné que je porte sur la Corée et le Japon. J'espère vous faire passer un moment sympathique à chaque lecture. Il m'arrive même d'être un peu rigolote... parfois... À très bientôt !

Un avis sur “Pourquoi je suis (plutôt) fâchée avec le henné…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :